Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PELERINAGE NOTRE-DAME DE LA MEUSE. Nouveau trajet.

Publié le

PELERINAGE NOTRE-DAME DE LA MEUSE. Nouveau trajet.

En bateau

15.30 h       Départ de l’écluse de Bouvignes

15.45 h       Arrêt Avenue Cadoux  (office du tourisme)

16.00 h       Arrêt derrière l’Ibis 

 

Départ pédestre

17.00 h derrière l’hôtel Ibis court trajet sur le chemin du hallage remontée par la rue Wiertz vers la rue Grande

18.00h  célébration finale à la Collégiale  -  verre de l’amitié

Voir les commentaires

Entre sons et silences, le patrimoine religieux se visite les 4 et 5 juin

Publié le par Yvan Tasiaux

Depuis neuf ans, le premier week-end de juin est consacré en Belgique au patrimoine religieux. Cette année, près de 600 édifices religieux vous ouvrent leurs portes! Thème choisi pour cette nouvelle édition des Journées des Eglises Ouvertes: ''Sons et silences''. De nombreuses églises de notre diocèse participent.
 
Le thème de cette neuvième édition, ''Sons et silences'', nous met à l’écoute des édifices religieux. Il y a les sons qu’on entend – orgue solennel, carillon, lourdes cloches ou petites clochettes… – et ceux que l’on voit sans rien entendre – anges musiciens sur les vitraux, instruments de musique dans les tableaux et sur les chapiteaux, statues et chaires de vérité…
Près de 600 édifices religieux – principalement catholiques mais aussi orthodoxes et protestants – participent en 2016. Outre la visite des églises, de nombreuses activités vous attendent le week-end des 4 et 5 juin: balades contées, concerts d’orgue et de carillon, prestations de chorales, conférences, expos…
Dans notre diocèse, de nombreux lieux de culte participent à l’opération. Vous trouverez ci-dessous une sélection de quelques manifestations organisées dans nos deux provinces. 


En province de Namur
Pour retrouver la liste complète des églises participantes de la province de Namur: cliquez ici.
Quelques idées d’activités (infos, tarifs éventuels et horaires précis disponibles via le lien renseigné ci-dessus):
- À la cathédrale Saint-Aubain de Namur, visites guidées le samedi 4 juin à 10h et à 14h et le dimanche 5 juin à 14h. Visites guidées du musée diocésain le samedi à 11h et à 15h et le dimanche à 15h. Samedi à 20h, concert du groupe ''Au pied de la Tour''.
- À l’église du Sacré-Cœur de Saint-Servais (chaussée de Waterloo 358), le dimanche 5 juin à 9h45: messe animée par le chœur de chambre ''Musique Eternelle'', par la chorale paroissiale et par José Dorval. À 16h, concert hautbois (Thierry Cammaert) et orgue (José Dorval), dans le cadre du Festival Musical au Sacré-Coeur.
- À l’église Notre-Dame du Vivier de Marche-les-Dames (rue Notre-Dame du Vivier 153), le dimanche 5 juin à 15h: concert d'orgue et flûte par Véronique Gilles et Olivier Moreau. Ensuite, concert de la chorale ''Oxie's'' de Namur, dirigée par Olivier Moreau avec la collaboration d'Amandine Lambert.
- À l’église Notre-Dame de Bossière (Place de Bossière), le dimanche 5 juin à 13h, sonnerie des cloches. De 13h30 à 16h30, visites guidées du clocher et de l'orgue. De 13h à 19h, exposition: photos de cloches et de l'état intérieur de l'orgue. À 17h, concert orgue et trompette: Jean Ferrard et André Philippe.
- À l’église Saint-Ghislain de Bûzet (rue de Malonne), le samedi 4 juin à 19h, concert par l'ensemble vocal ''La Ritournelle'', sous la direction de Danielle Suraci.
- À l’église abbatiale Saint-Jean et Sainte-Scholastique de Maredret (rue des Laidmonts 9), les samedi et dimanche de 9h30 à 11h15 et de 14h15 à 18h, exposition permanente d'enluminures et de calligraphie. Le dimanche à 17h, ''Au cœur de ce monde'', concert violon et orgue positif (Claude Vonin et François Houtart).
- À l’église Saint-Michel de Waulsort (place du Centenaire), le vendredi 3 juin à 21h, balade guidée à la lumière des flambeaux dans les ruelles de Waulsort. Le samedi 4 juin à 20h30, balade contée aux flambeaux à travers les rues du village. Le dimanche 5 juin à 14h30, concert orgue. Le programme de ce concert sera avant tout une présentation de l’instrument: technique mais aussi humoristique car étrangement destinée à aiguiser nos sens (le goût, la vue…).
- À l’église Sainte-Anne de Nafraiture (rue Sainte-Anne), les samedi et dimanche de 10h à 18h, exposition: ''La vie de notre paroisse tout au long des siècles''. Les deux jours également, à 14h, 16h et 18h, moments musicaux avec l'abbé Léon Bechoux qui jouera de l'orgue. Le samedi à 20h: concert de la chorale Chante Gaume.
- À l’église Sainte-Marguerite de Jemelle (place Sainte-Marguerite) le samedi 4 juin à 20h30, concert ''Notes, Voix et Lumières''. Le dimanche 5 juin à 11h15, concert: à l'issue de la messe, l'ensemble musical et instrumental donnera un concert. 
- À l’église Sainte-Remfroid de Pry (rue Capitaine Aviateur Henri Goblet), le samedi 4 juin à 19h30: concert avec Barbara Willems et Wellington Barros. Chants inspirés de la grâce et de la douceur brésiliennes, exprimés en harmonie avec des sonorités d'Argentine.
- À l’église Sainte-Colombe de Soulme (rue Sainte-Colombe), le dimanche 5 juin à 15h: concert de la chorale ''La Cantilène'' dirigée par Michel Hubert.
- À la chapelle Notre-Dame de l'Assomption de Niverlée (rue Saint-Eloi), le samedi 4 juin à 15h, concert: récital de guitare et chants traditionnels.


En province de Luxembourg
Pour retrouver la liste complète des églises participantes de la province de Luxembourg: cliquez ici.
Quelques idées d’activités (infos, tarifs éventuels et horaires précis disponibles via le lien renseigné ci-dessus):
- À la chapelle Notre-Dame de Bonne Conduite de Bastogne (chaussée d'Arlon), le samedi 4 juin à 16h et 20h, concert (2 séances) ''Le piano et l’harmonie des vents'' par le groupe Wolf et Anthony Romaniuk. Samedi et dimanche, à 10h30 et 15h, visites guidées en langage des signes. Dimanche, de 14h à 16h, activité enfants: initiation au tir à l'arc par les arbalétriers. À 17h, office religieux partiellement en wallon. 
- À l’église Saint-Gengoux de Vielsalm (rue Jean Bertholet), les samedi 4 et dimanche 5 juin, de 10h à 20h, exposition: richesses du patrimoine religieux salmien (mobilier divers, statues, croix, objets de culte...). Dimanche 5 juin, à 16h, concert: prestation de l'orchestre Euro Symphonic Orchestra. 
- À l’église Saint-Servais de Salm-Château (place de de l'Eglise), le samedi 4 juin à 19h, concert: messe solennelle composée pour orgue par Fernand David. Composition unique qui n'a jamais été jouée. L'organiste sera accompagné de la chorale paroissiale du village de Salmchâteau. 
- À l’église Saint-Jacques-le-Majeur de Messancy (rue de Meix-le-Tige), le dimanche 5 juin à 9h45, messe dominicale animée par la chorale paroissiale. De 11h à 15h, visites guidées par Christian Moïs. À 16h, concert: prestations d'instrumentistes de l'Harmonie Royale Concordia de Messancy. Entre sons et silences, l'orgue sera aussi au rendez-vous de cette journée.
- À l’église Notre-Dame de l'Assomption de Florenville (rue de l'Eglise), les samedi 4 et dimanche 5 juin de 15h à 16h, visite guidée par Edouard Hizette. Découverte de l'architecture néogothique, des vitraux... Samedi à 16h et dimanche à 11h, concert de carillon par Bérenger Goffette, carillonneur titulaire. Possibilité de monter dans la tour durant le concert. 
- À la basilique Saint-Hubert de Saint-Hubert (place de l'Abbaye, les samedi 4 et dimanche 5 juin, de 14h à 16h, visites guidées et sonnerie du carillon avec évocation du thème ''Sons et silences''.
- À l’église Saint-Etienne de Waha (place de l'Eglise 7), le samedi 4 juin à 20h, concert: ''Sons et silences''. Le pianiste Corentin Havelange fera revivre quelques-unes des plus belles pages de J-S. Bach, F. Chopin, J. Brahms, E. Granados, B. Bartok et J. Cage.
- À l’église Notre-Dame de l'Assomption de Resteigne (rue Grande), les samedi 4 et dimanche 5 juin de 14h à 18h, animations différentes toutes les heures: présentations d'œuvres musicales par des élèves de l'Académie de Saint-Hubert, concert de sonnailles, visite guidée.
- À l’église Saint-Lambert de Tellin (rue Principale), le dimanche 5 juin de 14h à 18h, visites guidées. À 16h, conférence: ''La cloche: bruit sacré de l'église'' par Mr Guy De Plaen.
- À l’église Saints-Pierre-et-Paul de Dochamps (rue des Frères Germay 4), le samedi 4 juin à 20h, concert: chorale intergénérationnelle de l'Athénée Royal de La Roche-en-Ardenne sous la conduite de Pierre Schevers. 
- À l’église Saint-Nicolas de La Roche-en-Ardenne (rue de l'Eglise), le samedi 4 juin à 11h, 12h30, 14h et 18h et le dimanche 5 juin à 12h, 14h et 18h, visites guidées: présentation des orgues monumentales par le facteur d'orgues Pieter Vanhaecke. 
- À la chapelle Saint-Remy de Fisenne-Erezée (rue du Château), le samedi 4 juin à 16h, concert: chants grégoriens. Le Chœur Grégorien de Malonne réunit une dizaine d'hommes qui œuvrent à la sauvegarde de ce riche patrimoine. Le maître de chœur sera Dominique Goblet de l'abbaye de Leffe. Après le concert, possibilité de prendre un goûter au château de Fisenne. 

Infos: 
www.eglisesouvertes.be.
Photo du haut: Marche-les-Dames. Photo du bas: Waha.
Source: www.diocesede namur.be
 

Voir les commentaires

La gestion des cultes bientôt discutée au Parlement wallon

Publié le

Seraing-eglise

Le député MR Pierre-Yves Jeholet vient de déposer un rapport d’initiative devant le Parlement wallon au sujet de la gestion des cultes. Son objectif: rationaliser le  catholique en proie à la chute de la pratique et mieux prendre en compte le musulman, en plein essor.

Le rapport préconise une réforme dans le cadre des principes existants et non une réforme radicale qui pourrait s’appuyer sur un impôt dédicacé comme en Allemagne. Le député et bourgmestre de Herve, qui a travaillé sur la question avec Caroline Sägesser (ULB) et Jean-François Husson (ULg),  propose notamment une simplification du paysage des fabriques d’église, en prenant pour exemple ce qui se passe déjà à Tournai où plusieurs fabriques d’église ont fusionné sur un territoire donné, et sont représentées par un seul interlocuteur. Le député  souhaite aussi une rationalisation des lieux de culte catholiques, qui passe par une réduction de ces derniers ou des affectations partagées avec d’autres cultes chrétiens.
Le rapport s’attache par ailleurs à la reconnaissance des communautés culturelles locales, qui permet l’obtention d’un ou plusieurs ministres du culte financés. Ce sont essentiellement les mosquées qui sont ici concernées. Une nouvelle procédure en deux étapes est envisagée pour leur reconnaissance puis  leur 
 public.
Le rapport  évoque également un regroupement de la tutelle et du financement à un seul niveau de pouvoir, sans doute au niveau régional, moyennant une adaptation du Fonds des communes.
Il préconise enfin de fixer un cadre précis pour les logements mis à disposition des ministres du culte.
Ce rapport sera très prochainement discuté en commission du Parlement wallon.

 

 par 

P.G. (avec La Libre Belgique)

Source: cathobel.be

Voir les commentaires

« L’Evangile s’annonce aussi avec des actes »

Publié le par yvan Tasiaux

© Archevêché Malines-Bruxelles2Qui est , le nouveau primat de Belgique? Ce Gantois d’origine est convaincu que l’Eglise traverse une , mais il y voit une « grâce », l’occasion de relever un défi, et insiste sur l’importance d’annoncer l’Evangile.

Nommé archevêque de Malines-Bruxelles le 6 novembre 2015 pour succéder à , Mgr De Kesel tranche, par sa personnalité, avec son prédécesseur. Cet homme que l’on dit discret, voire timide, est en quelque sorte « une force tranquille ». Son sens de l’écoute est reconnu par ses interlocuteurs. Une écoute réelle et attentive, non feinte. Il est aussi conscient des enjeux qui se posent à lui, notamment à la tête de l’, mais aussi à la présidence de la Conférence épiscopale de notre pays. Il attache une importance très forte à l’annonce de l’Evangile, surtout dans notre société sécularisée. L’attention aux plus faibles est un autre trait du caractère de Mgr De Kesel, notamment envers les réfugiés. 

Comme évêque de Bruges, il s’est rendu en Irak, avec Mgr Guy Harpigny, évêque de Tournai, et Mgr Léon Lemmens, évêque auxiliaire du Brabant flamand et de Malines, pour percevoir la réalité de la détresse de ces chrétiens d’Orient, chassés de chez eux et persécutés. « J’ai rencontré des milliers de chrétiens, des yézidis et même des musulmans qui ont dû quitter leur pays à cause de Daech. J’ai visité des camps où dix-mille personnes vivent dans des containers », se rappelle-t-il, en précisant qu’il a aussi visité un centre s’occupant de réfugiés à Malines. Mgr De Kesel précise que l’Eglise ne peut pas tout faire. « Mais il faut conscientiser. Le pape François parle de la globalisation de l’indifférence. Il faut lutter contre cette globalisation parce qu’il y a un risque pour notre monde occidental: celui de se refermer sur lui-même! » L’archevêque souligne qu’il est du devoir de l’Eglise de conscientiser les populations et les dirigeants, a fortiori si elle veut annoncer l’Evangile. « L’Evangile ne se limite pas à une morale ou à un certain vivre ensemble; c’est quand même avant tout une inspiration très forte. »

Quels sont pour vous les grands enjeux de l’Eglise?

Le plus grand défi devant lequel nous nous trouvons, c’est notre société sécularisée où la religion n’a plus la place centrale qu’elle occupait dans le passé. En Occident, pendant des siècles, la culture chrétienne et la culture religieuse était réelle et la religion n’était pas facultative. Aujourd’hui, je ne dis pas que la religion est absente, ou que le christianisme a disparu, mais notre environnement a changé. Avec l’arrivée de l’islam, conjuguée à la sécularisation de la société, d’autres traditions religieuses, sont présentes. Dans ce contexte, quelle est la place du christianisme et de l’Eglise? Quelle est sa mission? Le grand défi porte sur la transmission de la foi. Je ne dis pas que nos contemporains sont contre la foi ou le christianisme, mais ils se demandent si cela sert encore à quelque chose. A nous de répondre à cette question.

Pensez-vous que cette sécularisation qui invite l’Eglise à se repositionner est une chance?

Oui. Je suis convaincu que nous vivons une crise. Cela se voit. Mais, le mot « crise » n’est pas toujours négatif. C’est aussi un « kaïros », comme on le dit en grec, c’est-à-dire une grâce. La sécularisation, il faut simplement l’accepter de tout notre cœur. Elle appartient aux signes des temps. Et c’est une bonne chose pour le monde et aussi pour le christianisme. Il n’est pas bon qu’une religion ait un monopole dans la société. Il vaut mieux avoir de la diversité. Mais cela signifie que le christianisme doit se positionner. Il faut accepter la différence, c’est-à-dire le vivre ensemble mais dans le respect.

Comment redonner le goût de la foi aux générations à venir dans ce monde sécularisé?

Il y a deux choses que j’estime très importantes à l’heure actuelle. Primo, l’annonce de l’Evangile. Le pape François insiste beaucoup là-dessus. Evidemment, le christianisme est une doctrine très développée, mais je crois que notre message doit se concentrer sur le cœur de l’Evangile même; c’est-à-dire un Dieu qui n’est pas indifférent, un Dieu qui a le souci de l’Homme, un Dieu qui est à la recherche de l’Homme, un Dieu qui aime. En cette année de la Miséricorde, nous ne prions pas un Dieu qui serait tout le temps en train de juger l’homme mais un Dieu qui lui donne ses chances. La façon d’annoncer l’Evangile aujourd’hui est donc très importante. Secundo, je crois que l’Evangile ne s’annonce pas qu’avec des mots et des paroles mais aussi avec des actes. Quand le pape François a quitté pour la première fois le Vatican, il est allé à Lampedusa; il n’y a pas fait de grands discours mais, c’est un signe! Je viens de parler d’un Dieu qui n’est pas indifférent, qui a le souci de l’homme et nous appelle à être signe de ce Dieu. Aujourd’hui, si les mots nous manquent parfois, il est important d’avoir des gestes. Je tiens beaucoup à la théologie, à la liturgie, à l’importance de la catéchèse, mais l’Eglise n’est pas seulement catéchétique et liturgique. Elle doit aussi être une Eglise qui s’engage dans le monde. Une Eglise qui, quand il y a des défis dans le monde, comme la pauvreté, les réfugiés, etc., a pour quête de sens d’aspirer à un monde plus juste et plus fraternel. L’Eglise ne vit pas simplement sa foi dans la sacristie: les joies, les tristesses, les angoisses du monde et des hommes d’aujourd’hui, c’est aussi la joie, la tristesse, l’angoisse mais aussi l’espérance de l’Eglise.

Propos recueillis par Philippe COCHINAUX o.p.

(Extraits de l’émission « En quête de sens – Il était une Foi » diffusée sur La Une (RTBF). A revoir sur www.cathobel.be)

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>