Secteur d'Anhée


Les localités de la commune qui le composent:

Anhée, Annevoie-Rouillon, Bioul, Denée, Haut-le-Wastia, Hun, Maredret, Salet, Sosoye et Warnant.

La population : Approche les 7000 habitants.
DSCN0432---copie.JPG
Allons à sa découverte… Pour nous aider, à l’entrée de la vallée de la Molignée, un syndicat d’initiative actif… Les jardins et château d’Annevoie, le marché du mardi à Anhée, le château de Bioul, les abbayes de Maredret et Maredsous, le village des artisans à Maredret, Sosoye, un des plus beaux villages de Wallonie, les ruines de Montaigle, les draisines de la Molignée, le musée du souvenir à Haut-le-Wastia, le pèlerinage à Saint-Christophe à Hun… et bientôt (2008), le Ravel Meuse-Molignée, sur la ligne de chemin de fer Anhée-Tamines. Depuis la Meuse à Anhée (passage sécurisé dans la localité) jusqu’à la gare de Maredsous, et, plus tard, jusqu’à Aisemont…Voilà une belle promenade !.

Le secteur :


Des prêtres :
Abbé Francis Lallemand, curé responsable des paroisses du secteur (Bioul).
Des prêtres auxiliaires :

Père Marc Godin s.j. (Godinne).
Père Abbé Bernard Lorent osb (Maredsous).
Abbé Alain Poncelet chapelain et aumônier de prisons (Hun).
Un diacre :
Mr. Eric Vermeer (Bioul).
Une équipe :
Une quinzaine de laïcs, dont une personne-relais par village .Ils se réunissent chaque mois.
Coordinatrice: Mireille Cornet (Anhée)


Un esprit

« C’est le cœur qui nous pousse ! » On est heureux de faire vivre le secteur en équipe parce que c’est encourageant de constater que l’on n’est pas seul à souhaiter une Eglise participative et fraternelle. Rencontrer l’enthousiasme d’autres croyants qui sont sur la même longueur d’onde, cela donne de l’assise à notre action.
En équipe, on peut partager, donner ses idées, échanger en toute simplicité à partir de l’Evangile, profiter de l’expérience des autres et s’en inspirer.

Ce qui nous encourage à continuer, c’est la force de faire du neuf ensemble : les paroisses s’ouvrent, les vieux antagonismes s’estompent et les relations entre les village se pacifient, les célébrations sont plus vraies, l’évolution est perceptible.

Les signes de la place du secteur dans la vie chrétienne locale : La coordination de la catéchèse, les projets communs pour la Toussaint, l’Avent et le Carême, une équipe d’accompagnement des parents qui demandent le baptême pour leur enfant, « Marchons Pâques » (une marche-célébration à étapes qui fait découvrir chaque année un nouveau coin du secteur), les fêtes patronales des paroisses, animées en secteur, les célébrations communes de Noël et du triduum pascal, les veillées de Carême et une veillée préparatoire à Noël à l’intention des enfants et de leurs familles, une chorale de secteur, une journée de ressourcement et de détente pour l’équipe d’animation,…

Un bulletin mensuel de secteur, rebaptisé « Temps Mieux », à l’occasion de son 200e numéro…


Des difficultés


Comme partout, nous constatons une  chute dans la pratique religieuse. Le contact avec les jeunes est particulièrement difficile, après les Professions de Foi et les Confirmations. Par le biais des  accompagnateurs de préparation au baptême, nous avons cependant une belle occasion de renouer le contact.
L’équipe d’animation a aussi besoin de se renouveler et ce n’est pas facile de trouver de nouvelles têtes. Si l’on n’y prend pas garde, on risque de se retrouver avec une équipe « figée ». D’autre part, l’équipe est-elle vraiment représentative de toutes les paroisses ou même simplement reconnue comme prenant en charge officiellement le devenir de l’ensemble des assemblées locales ? Car la prise de conscience que l’on fait partie d’un secteur pastoral n’est pas encore le fait de tous les paroissiens.
Une autre difficulté, c’est la marge entre les projets élaborés et leur réalisation effective.
Le secteur pastoral d’Anhée, en tous cas, ne tient pas seulement à la « tête du curé ». Volontairement anticonformiste, celui-ci ne veut d’ailleurs pas correspondre à un type de prêtre traditionnel et se trouve soulagé en constatant que les laïcs prennent de vraies responsabilités. Il est d’ailleurs difficile pour lui d’être un peu présent partout. Certes, comme il le reconnaît, il est « payé pour » mais il tient à laisser libre, à déléguer.


Projets
DSCN0457---copie.JPG
Tout en maintenant ce qui est en cours, travailler chaque jour à rassembler les différentes communautés pour une nouvelle Eglise.
Renforcer le secrétariat, pour décharger au maximum le prêtre de la « paperasserie »… On espère engager un pré-pensionné bénévole cet automne…
A la salle de Anhée, en collaboration avec la commune et les aides familiales, on espère créer une maison d’accueil pour les seniors, qui pourraient y passer quelques heures, avec une animation…
A la salle encore, on projette d’accueillir les scouts de Rivière, en manque de local.
Une célébration est envisagée pour les distributeurs de « Temps Mieux », pour les remercier et les encourager…


Conclusion

Les temps ne sont pas faciles, mais, avec les bonnes volontés, quelque chose peut changer, dans notre secteur, mais aussi au niveau du doyenné. Avec l’arrivée de nos deux doyens, Philippe et Bernard, çà bouge !..


Le culte de Saint Stamp

Vénéré à Anhée depuis 300 ans, Saint Stamp, évêque de Carcassonne au 7eS.,est invoqué pour les enfants qui tardent à faire leurs premiers pas ou qui ont des difficultés à se tenir debout. Selon l’usage, la mère qui vient à Anhée prier Saint Stamp a soin de laisser en ex-voto un petit objet appartenant à l’enfant. On trouvera donc au pied de la statue, un petit soulier, un bas, ou même parfois un petit jouet.
Un religieux, le Père Papperbroek, écrivait qu’au 17e S., non loin de l’abbaye de Moulin, dans le village d’Anhée, avaient lieu chaque année , un pèlerinage et de grandes festivités en l’honneur de Saint Photin, que, par une curieuse déformation, le peuple appelle Saint Stamp, que l’on prie pour les enfants… On le fête à la mi-septembre. Sa chapelle se situe dans l’enclos du cimetière, derrière le chevet de l’église.

Ce saint ne figure pas , sous ce nom en tous cas, dans la liturgie. On n’a jamais pu l’identifier exactement et plusieurs propositions ont été avancées. On a ainsi proposé Sa
int Photin, Saint Potin, Saint Stapin et Saint Potentin…  Qu’importe après tout ? Pour ses fidèles, il est Saint Stamp, et « stamper », en wallon, veut dire tenir debout, camper…


Propos recueillis auprès de l’Abbé Lallemand et de Michel Mirgaux.

 

Les gentilés dans le secteur d’Anhée

Anhée         Anhétois, -oise
Annevoie    Annevoyard, -arde
Bioul           Bioulois, oise ou Bioulais, -aise
Denée          Denéen, -éenne
Haut-le-Wastia    Haut-le-Wastiais, -aise*
Hun           Huntois, -oise 
Maredsous         Maredsolien, -ienne   
Rouillon           Rouillon(n)ais, -aise
Salet           Salétois, -oise ou saletois, -oise
Sosoye          Sosoyen, -enne**
Warnant          Warnantais, -aise
* Wastianais, -aise
** Montagnard, -arde


Avec l'aimable autorisation de Jean Germain, auteur du "Guide des Gentilés". Les noms des habitants en Communauté française de Belgique.

Fabrique d'église de Haut-le-Wastia
Président: Michel Mirgaux, Coron des Trys, 2 à HLW 5537

Secrétaire: Benoît Masson
Trésorier: Francis Colot
Membres: Luc Piette (bourgmestre), Francis Lallemand (curé) et
Irène Michaux

 






 

 


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog