Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Secteur d'Onhaye

Les paroisses qui le composent : 7 villages
Anthée, Falaën, Gérin, Onhaye, Serville, Sommière et Weillen.

Allons à sa découverte : C’est un secteur 100% rural… Anthée, dont on connaît la villa romaine ; Sommière et sa ferme fromagère qui produit le « Sommière » ; Weillen, qui fut construit autour de son château ; Serville, beau coin pittoresque, arrosé par le Floyon (Flavion), avec le chœur de l’ancienne église remis en fonction à l ‘occasion ; Falaën, un des « Beaux Villages de Wallonie », son Château-Ferme, la Confrérie du Crochon, le Musée des Confréries ; Onhaye et son Saint Patron : Saint-Walhère ;  Les ruines de Montaigle ; 4 implantations scolaires communales : Onhaye, Anthée, Falaën et Sommière . Une belle région, de nombreuses promenades balisées, une fête du vin, un groupe de théâtre, un cercle mycophile…

undefined
Le secteur.

Des prêtres :
Père Lambert Kinakuyo (42 ans) administrateur, résident à Anthée.

Une équipe, un esprit :
Composée d’environ 2 ou 3 laïcs de chaque village, équipe vivante et en progrès. On est parvenu à briser l’esprit de clocher au profit de l’esprit de secteur. Nous avons beaucoup d’activités ensemble. Les âges sont partagés. Dans notre « unité pastorale » (terme privilégié par l’abbé Léonard), il n’y a que des femmes !.. Une jeune, Jennifer Gaudriaux, très dynamique, entraîne le groupe.

Les responsabilités des laïcs :
Bien définies, dans une grille qui sera publiée prochainement : personnes-relais, gestion caisse paroissiale, préparation au baptême, au mariage, catéchistes, chorale, orgue, service sacristie, fleurs, nettoyage des églises, sere charité, responsables des activités en secteur, représentants à l’équipe décanale, présidents de fabriques, archivistes (boite mémoire)…


P.S.  Si on parlait un peu de Saint-Walhère ? (ou Saint-« Wohy », en wallon) fêté à Onhaye le dimanche suivant le 23 juin… Il est né à Bouvignes, où, d’après le Père Jean-Baptiste, on pourrait encore voir la cave de la maison de sa mère. Curé de Onhaye aux environs de l’an 1200, il fut tué d’ un coup de rame par son neveu, curé d’Hastière-par-delà.  Il avait reproché à ce dernier sa vie dissolue, d’où le coup de rame sur le crâne, en repassant la Meuse… Il est invoqué pour les maux de tête.
On le ramène alors solennellement à Bouvignes dans un char tiré par des chevaux.  En chemin, ceux-ci refusent d’avancer.  Une femme propose ses bœufs. On continue. Arrivé à Onhaye, le cortège est de nouveau immobilisé. Cette fois, ce sont les bœufs qui renâclent à avancer… On l’enterrera donc dans sa paroisse… Bouvignes héritera d’une relique… Il est aussi sollicité pour les maladies du bétail…